DISCOURS DU RECTEUR A L’OCCASION DE LA RENTREE ACADEMIQUE 2016-2017 A L’UNIVERSITE KONGO

  • Excellence Monsieur le Gouverneur du Kongo Central,
  • Honorables Sénateurs et Députés nationaux,
  • Honorables Députés provinciaux,
  • Monsieur le Chef de Division unique des Cataractes,
  • Monsieur le Chef de Division unique de la Lukaya,
  • Messieurs les membres du Comité de sécurité de Mbanza-Ngungu et de Kisantu,
  • Monsieur le Président du Pouvoir Organisateur,
  • Mesdames et Messieurs les membres du Pouvoir Organisateur,
  • Monsieur le Président du Conseil d’Administration,
  • Mesdames et Messieurs les membres du Conseil d’Administration,
  • Messieurs les Professeurs et chers collègues,
  • Mesdames et Messieurs du personnel scientifique, administratif, technique et ouvrier de l’Université Kongo,
  • Chers parents,
  • Distingués invités, en vos titres et qualités,
  • Chères étudiantes, chers étudiants,
  • Mesdames et Messieurs,

Un jour s’en va, un jour vient, nous voici à nouveau au seuil d’une nouvelle année académique ! Nous sommes très heureux de vous accueillir dans ce site de Mbanza-Luvaka pour l’ouverture de l’année académique 2016-2017 à l’Université Kongo. Cet accueil concerne essentiellement les étudiants, les enseignants et le personnel de notre université mais sans omettre tous ceux qui sont intéressés par son évolution.

Quoique devenue traditionnelle, cette rencontre n’a rien de routinier ; elle est très nécessaire pour nous retrouver, dans un moment convivial, pour faire le point, nous permettre d’échanger et regarder tous dans la même direction.

Votre présence à cette cérémonie est incontestablement l’expression de votre attachement particulier à notre œuvre commune et peut-être aussi de votre engagement à la soutenir.  Nous vous en remercions et vous en félicitons.

Mesdames et Messieurs,

Distingués invités,

L’ouverture d’une nouvelle année académique est un moment de projection ; elle constitue l’occasion de revisiter le plan d’action que le Comité de Gestion s’est fixé pour déterminer les objectifs à atteindre tout au long de l’année à venir. Comme l’année dernière, cette année est placée aussi sous le signe de l’engagement et de la détermination pour pouvoir relever les défis qui se posent à notre institution, en général, et à chacun de nous en particulier.

Chacun des membres de la famille universitaire a, en effet, en ligne de mire un défi à relever : les étudiants sont appelés à valider leur année académique;  les assistants, tout en publiant régulièrement des articles, doivent, pour certains, s’inscrire au troisième cycle, développer leurs projets de recherche et poursuivre leur formation doctorale;  d’autres, spécialement  les doctorants, faire avancer leurs travaux et soutenir, dans un meilleur délai, leur thèse; les enseignants-chercheurs doivent innover dans le domaine pédagogique pour exploiter de nouvelles méthodes susceptibles de favoriser un meilleur enseignement ; quant au personnel administratif, technique et ouvrier, il doit davantage faire preuve de professionnalisme pour répondre aux ambitions d’une Université appelée à exceller à tous égards. Nous en appelons donc à la conscience de chacun dans le travail pour élever l’université aux ambitions des Pères fondateurs.

Pour notre part, nous poursuivrons les efforts déjà engagés dans les domaines de la construction des bâtiments propres à l’Université, de la formation des formateurs, de l’assainissement de la gestion académique, administrative et financière, de la coopération et dans celui du service à la société.

Nous sommes convaincu que c’est grâce à cette vision que l’Université Kongo va davantage se présenter comme une institution digne de confiance. Nous ne pouvons que nous réjouir de la renaissance progressive de cette marque de confiance chez certaines personnes physiques et morales à l’endroit de notre institution, comme l’indique leur soutien de plus en plus remarquable aux différentes actions initiées par le Comité de Gestion.

C’est ainsi que nous pouvons saluer la construction d’un bâtiment pour l’Université Kongo par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et Universitaire et d’une médiathèque par Monsieur Dokolo Sindika, ici à Mbanza-Luvaka, le don de 200 sacs de ciment par le Vice-Gouverneur de la province du Kongo Central, l’accord de partenariat signé avec l’Université Libre de Bruxelles, les facilités de visa accordées aux chercheurs de l’Université Kongo par l’Ambassade de Belgique, etc. D’autres contacts annoncent un avenir meilleur dans la mobilisation des Fils et Filles kongo de partout et des partenaires autour des projets de développement de l’Université Kongo.

Mesdames et Messieurs,

Distingués invités,

Nous savons que beaucoup de gens déclarent avoir cotisé dès la première heure de l’Université mais sans résultats palpables sur le développement de cette dernière. Ils pensent ainsi au fait que pendant les vingt premières années de son existence, l’Université Kongo n’a pas eu une véritable stratégie de développement infrastructurel. Cette situation a refroidi la générosité qui s’était manifestée au début.

Tout en comprenant la déception de toutes ces personnes qui ont porté notre Alma Mater, nous tenons à préciser avant toute chose, qu’à l’époque il y a eu deux institutions distinctes : la Fondation et l’Université. Les moyens mobilisés étaient gérés par la Fondation. Cette institution aurait dû les mettre pleinement à la disposition de l’Université pour son développement.

Mais pourquoi les choses ne se sont-elles pas passées ainsi ? A quoi ont servi les fonds récoltés dans les écoles, les entreprises et ailleurs ? Ce n’est pas à nous de répondre à cette question. Nous n’avons nullement l’intention d’instiguer une chasse aux sorcières. Nous devons cependant reconnaître qu’il y a là un contentieux, un déficit de confiance qu’il convient de vider en disant la vérité sur la gestion financière du passé qui n’a pas toujours été orthodoxe. Quoi qu’il en soit, nous ne devons nullement nous décourager et tomber dans un pessimisme démobilisateur.

Quant à nous, conjurant le défaitisme, nous sommes résolu, malgré des moyens précaires, à poursuivre nos efforts de développement de l’Université Kongo et nous nous réjouissons de vous informer que nous ouvrons, dès cette année, la Faculté des sciences sociales, politiques et administratives. Grâce au partenariat avec l’ULB, la Faculté d’Architecture viendra s’ajouter l’année prochaine. Et face à la demande toujours pressante de notre société, des efforts sont aussi déployés par le Comité de Gestion pour la création d’une école de management au sein de l’Université Kongo. En cela notre démarche est portée par le souci d’offrir à notre jeunesse une formation de proximité et de qualité.

Mais si beaucoup de jeunes de notre province veulent bien profiter de la formation de qualité offerte par cette université de proximité, très peu d’entre eux sont en mesure de payer les frais de scolarité. Pourtant, c’est d’abord pour eux que l’Université Kongo a été créée pour contourner le système de quotas qui les excluait de l’enseignement supérieur et universitaire. Aujourd’hui ils se trouvent confrontés à une autre forme de discrimination que nous ne pouvons pas accepter. C’est pourquoi nous nous adressons au Pouvoir Organisateur pour qu’il mette en pratique le principe de « kinsu ki mate » qui doit concrétiser la solidarité des copropriétaires de l’Université Kongo que sont tous les Bakongo.

Mesdames et Messieurs,

Distingués invités,

Quand bien même son dispositif organisationnel pose encore des problèmes, l’Université Kongo, par son statut, est sans conteste la seule institution universitaire de la province dont cette dernière peut se servir, sans trop de restriction, pour résoudre intellectuellement toutes les questions scientifiques et techniques que pose ou peut poser son processus de développement. Par la diversité de ses filières de formation, l’orientation de ses programmes, et la rigueur de son enseignement et de ses recherches, l’Université Kongo est et doit être un instrument de puissance du Kongo Central.  Et elle est seule à pouvoir jouer un tel rôle.

C’est ainsi que nous plaidons pour une collaboration nécessaire entre l’Université Kongo et la Province du Kongo Central. Pour notre part, nous ne ménageons aucun effort pour qu’il en soit ainsi. C’est ce qui justifie l’initiative prise par l’Université d’organiser, avec le concours de nos partenaires, un voyage d’études en Belgique en faveur des Députés provinciaux du Kongo Central. D’autres initiatives suivront, notamment la présentation, aux autorités provinciales, des projets de développement et des investisseurs qui choisissent le Kongo Central comme espace d’implantation de leurs activités.

Mesdames et Messieurs,

Distingués invités,

Une cérémonie d’ouverture de l’année académique est certes un moment de poser des jalons des projets à accomplir comme nous l’avons dit plus haut. Mais c’est aussi l’occasion de se retrouver dans une atmosphère de convivialité pour échanger autour d’une leçon inaugurale. Cette tradition est aujourd’hui abandonnée par beaucoup d’institutions universitaires. Nous avons résolu de l’instaurer à l’Université Kongo depuis trois ans parce que nous estimons qu’elle a le mérite de rappeler au public le caractère de haut lieu du savoir que revêt l’Université.

A l’Université Kongo, ce rendez-vous répond à une logique, celle de mettre en exergue chacune de nos Facultés. La première année de notre mandat, en 2013-2014, la Faculté de Droit était à l’honneur en ce sens que c’est le Professeur Mvioki Babutana, alors Doyen, qui a donné la leçon inaugurale sur la question de la démocratie. La deuxième année, 2014-2015, c’est la Faculté d’Economie et de Gestion qui a été honorée parce que la leçon inaugurale a été confiée au Professeur Mukoko Samba qui, malheureusement, n’avait pas pu être présent à la cérémonie pour des raisons d’Etat. Mais son texte a été présenté plus tard sous la forme d’une grande conférence universitaire. L’année dernière cette tâche était dévolue à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines. Le Doyen de cette Faculté, le Professeur Mabasi Bakabana, avait traité un thème d’actualité, à savoir « La recherche dans les universités africaines et la fuite des cerveaux. Etat des lieux et perspectives ».

Aujourd’hui, c’est à la Faculté de Médecine qu’il revient de donner cette leçon. Le Doyen de cette Faculté, le Professeur Guillaume Kiyombo Mbela, va plancher, tout à l’heure, sur un thème qui s’enracine dans la devise même de notre Alma Mater, à savoir « La culture de l’excellence à l’université ».

D’ores et déjà, nous remercions le Doyen Kiyombo pour sa disponibilité.

Merci pour votre attention !

Dit à Mbanza-Ngungu, ce samedi 15 octobre 2016

Le Recteur de l’Université Kongo

NSONSA VINDA Jean

Professeur émérite

4 thoughts on “DISCOURS DU RECTEUR A L’OCCASION DE LA RENTREE ACADEMIQUE 2016-2017 A L’UNIVERSITE KONGO

  1. Johng308 dit :

    I’m truly enjoying the design and layout of your blog. It’s a very easy on the eyes which makes it much more pleasant for me to come here and visit more often. Did you hire out a developer to create your theme? Outstanding work! aggdfacbeedd

    1. admin dit :

      Thanks for the compliments. But I use the CMS to create and manage web sites

  2. Thank you for thhe good writeup. It in fact was a amusement account it.
    Look advanced to ore added agreeable from you!
    By the way, howw can we communicate?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *