DISCOURS DU RECTEUR a.i. A L’OCCASION DE LA COLLATION DES GRADES ACADEMIQUES 2016-2017 A L’UNIVERSITE KONGO

  • Excellence Monsieur le Gouverneur du Kongo Central,
  • Honorables Sénateurs et Députés nationaux,
  • Honorables Députés provinciaux,
  • Monsieur le Conseiller du Ministre de l’ESU, Représentant personnel du Ministre,
  • Monsieur le Chef de Division unique des Cataractes,
  • Monsieur le Chef de Division unique de la Lukaya,
  • Messieurs les membres du Comité de sécurité de Mbanza-Ngungu et de Kisantu,
  • Monsieur le Président du Pouvoir Organisateur,
  • Messieurs les membres du Pouvoir Organisateur,
  • Monsieur le Vice-président du Conseil d’Administration,
  • Messieurs les membres du Conseil d’Administration,
  • Messieurs les Professeurs et chers collègues,
  • Mesdames, Messieurs du personnel scientifique, administratif, technique et ouvrier de l’Université Kongo,
  • Mesdames, Messieurs les étudiants,
  • Chers parents,
  • Distingués invités, en vos titres et qualités,
  • Mesdames et Messieurs,

C’est pour nous une grande joie de vous accueillir dans cet amphithéâtre en ce samedi 22 juillet 2017 qui marque à la fois le 27e anniversaire de notre institution, la collation des grades académiques et la clôture de l’année académique 2016-2017 à l’Université Kongo. Nous sommes tout autant heureux d’être là avec vous, en ce jour et en ce lieu, que lorsque nous ouvrions cette année le samedi 15 octobre 2016 d’aucuns étaient pleins d’appréhension et de perplexité quant à sa clôture face aux incertitudes socio-politiques qui pointaient à l’horizon.

Ces incertitudes qui se sont traduites par un gel et la difficulté de paiement des frais par les parents plongent l’Université dans une situation financière difficile. A cette difficulté financière va s’ajouter la maladie de Monsieur le Recteur. En effet, depuis le 04 avril 2017, Monsieur le Recteur est temporairement dans l’incapacité d’assumer ses responsabilités à la tête de l’Université suite à son état de santé. Son médecin traitant lui a prescrit un temps de repos et nous sommes heureux d’observer, actuellement, une nette amélioration de son état de santé.  Aussi cueillons-nous l’espoir de le compter parmi nous à l’ouverture de la prochaine année académique.

Nous voulons ici rendre un vibrant hommage au Docteur Kintoki et à toute son équipe des Cliniques universitaires de Kinshasa pour n’avoir ménagé aucun effort afin de prodiguer à Monsieur le Recteur la meilleure prise en charge possible que pouvaient offrir nos Cliniques universitaires. Nous remercions aussi particulièrement et solennellement Monsieur Ibrahim KUZU, homme d’affaires turc, qui a pris totalement en charge le voyage et le séjour de Monsieur le Recteur, son épouse et un accompagnateur ainsi que de son check up en Turquie.

Mesdames et Messieurs,

Distingués invités,

Nous rendons grâce à Dieu que malgré les incertitudes socio-politiques et les nombreuses difficultés qui ont émaillé cette année nous voici, à nouveau, réunis pour célébrer cette journée qui marque le couronnement de nos efforts. Nous vous remercions d’avoir répondu à notre invitation pour venir partager ce moment de joie et de convivialité. Soyez, tous et chacun, les bienvenus !

Mesdames et Messieurs,

Distingués invités,

Avant de brosser ce qu’a été cette année académique, permettez-nous de saluer cet instant et de rendre un hommage mérité aux enseignants, au personnel administratif, technique et ouvrier, aux parents et à chacun de vous. Car c’est grâce aux efforts de chacun et à la remarquable capacité de notre communauté universitaire à innover, à se développer, à se démarquer et à rayonner, malgré le contexte financier difficile, que ce moment a été rendu possible.

Aux  lauréats de ce jour, nous voudrions exprimer nos sincères félicitations et souhaiter bonne chance dans la vie professionnelle. Nous les exhortons à toujours défendre l’honneur de l’Université Kongo partout où ils seront.

Aux finalistes qui ne sont pas lauréats présentement en ce lieu, parce que n’ayant pas rempli toutes les exigences académiques, nous formulons nos encouragements pour qu’ils puissent fournir les ultimes efforts et franchir cette dernière étape qui couronnera le long cursus de leurs études au sein de l’Université Kongo.

Mesdames et Messieurs,

Distingués invités,

La clôture d’une année académique est sans doute un moment de bilan, d’évaluation par rapport à ce qu’on s’était fixé  comme objectif. Aussi permettaient moi de rappeler ce qu’on s’était fixé comme horizon de notre marche à l’ouverture de l’année qui s’achève en ce jour.

En effet, lorsque le 15 octobre 2017 Monsieur le Recteur ouvrait cette année académique, il la plaçait sous le signe de l’engagement et de la détermination pour pouvoir relever les défis qui se posent à notre institution, en général, et à chacun de nous en particulier.  Chacun des membres de la famille universitaire avait en ligne de mire un défi à relever : les étudiants étaient appelés à valider leur année académique;  les assistants, tout en publiant régulièrement des articles, devaient, pour certains, s’inscrire au troisième cycle, développer leurs projets de recherche et poursuivre leur formation doctorale;  d’autres, spécialement  les doctorants, faire avancer leurs travaux et soutenir, dans un meilleur délai, leur thèse; les enseignants-chercheurs devaient innover dans le domaine pédagogique pour exploiter de nouvelles méthodes susceptibles de favoriser un meilleur enseignement ; quant au personnel administratif, technique et ouvrier, il devait davantage faire preuve de professionnalisme pour répondre aux ambitions d’une Université appelée à exceller à tous égards. Il en appelait à la conscience de chacun dans le travail pour élever l’université aux ambitions des Pères fondateurs.

Aujourd’hui, l’année académique 2016-2017 éteint ses lampions. Je voudrai donc inviter chacun de nous à faire son examen de conscience pour apprécier jusqu’où il a œuvré, dans le secteur de responsabilité qui est le sien, pour élever notre Université aux ambitions de Pères fondateurs.

Au Comité de Gestion, il assignait de poursuivre les efforts déjà engagés dans les domaines de la construction des bâtiments propres à l’Université, de la formation des formateurs, de l’assainissement de la gestion académique, administrative et financière, de la coopération et dans celui du service à la société. C’est cet horizon qui a guidé notre action tout au long de cette année académique.

Mesdames et Messieurs,

Distingués invités,

Dans le domaine des infrastructures, le vaste programme de construction annoncé est en pleine exécution. Malgré la cessation des travaux du bâtiment financé par le Gouvernement national et le retard pris dans le montage de la bibliothèque-médiathèque offerte à l’Université Kongo par Monsieur Dokolo Sindika en hommage à son père, Mbuta Dokolo Sanu, les travaux du deuxième bâtiment facultaire se poursuivent sans désemparer en même temps que nous poursuivons l’apurement de la dette du Complexe de la gare à Kisantu. Nous remercions Mbuta Simon Mboso pour la patience dont il fait montre à notre endroit tout en nous excusant, sincèrement pour le retard dans le règlement de nos obligations.

L’aménagement des terrains de sport, à l’initiative du personnel de l’Université, a certes pris du retard à cause de la culture d’arachide mais n’est nullement abandonné. A présent que la récolte d’arachide s’est achevée, il va certainement s’engager et nous osons espérer que nos étudiants pourront y jouer dès la rentrée prochaine.

Tout en nous félicitant de ces travaux qui, sans conteste, marquent le développement de notre Université et lancent un signal fort de sa stabilité, permettez-nous, Mesdames et Messieurs, de rappeler à votre particulière attention les deux grands chantiers qui préoccupent le Comité de Gestion.

D’une part, celui des cliniques universitaires à construire pour la Faculté de Médecine au sein du Complexe de la gare à Kisantu. En plus d’être une exigence du Ministère de l’ESU, ces cliniques constituent un outil indispensable pour une meilleure formation de nos étudiants en médecine.

Nous pensons également que, dans le cadre de la mobilité des enseignants et des étudiants, la Faculté de Médecine de l’Université Kongo doit disposer d’un centre hospitalier moderne pour accueillir dignement des stagiaires et des spécialistes des université partenaires. Nous réitérons donc notre appel pathétique à toute la communauté kongo et à tous les amis de l’Université Kongo pour qu’un élan de solidarité et de générosité puisse se manifester en faveur de ce projet. A titre de rappel, permettez-nous de vous indiquer que le coût de ce projet, construction et équipement, est estimé à 5 millions de dollars américains.

D’autre part, il y a le Bâtiment administratif à construire. Comme vous le savez, l’Université avait été entrainée en procès pour le bâtiment Kitala qu’elle occupe.  C’est donc un défi qui est lancé au peuple Kongo, propriétaire de l’Université.

Pour éviter l’humiliation du déguerpissement forcé, nous avons, à défaut d’obtenir son achat, libéré le « Complexe salle vitrée » depuis le mercredi 19 avril 2017. Et afin de libérer dignement le bâtiment Kitala dont notre proposition d’achat a aussi été refusée, nous lançons, en ce jour solennel, la dynamique collective de construction du bâtiment administratif dont le plan de construction existe et l’emplacement défini sur le plan de masse du site de Mbanza-Luvaka.

En matière d’enseignement, nous avons la joie de vous informer, comme annoncé à la dernière collation, qu’après l’ouverture de la Faculté des sciences sociales, politiques et administratives en octobre 2016, une Faculté d’Architecture, urbanisme et aménagement du territoire ouvre ses portes au sein de l’Université Kongo à Mbanza-Ngungu, à partir d’octobre 2017. L’ouverture de cette Faculté coïncide avec le lancement, à partir de janvier 2018, d’un projet de Master en architecture et aménagement de territoire situés financé par l’Académie Royale d’Etudes Scientifique, ARES en sigle, en partenariat avec la Faculté d’Architecture la Cambre Horta de l’ULB, la Faculté d’architecture de l’Université de Liège, l’Institut Supérieur d’Architecture et Urbanisme de Kinshasa, l’Institut National de Bâtiment et Travaux Publics de Kinshasa et la Société d’Architectes du Congo.

La formation des formateurs est intensifiée. Le statut de l’assistant est clairement défini et malgré le retard dans le paiement dû aux difficultés actuelles de trésorerie, l’appui symbolique de 1000 $ par an à l’inscription au 3e cycle, pour tout assistant, est stabilisé.

Par ailleurs, l’effort d’accords de partenariat structuré avec des universités du Nord et du Sud, annoncés l’année dernière, se poursuit pour permettre aux membres du corps scientifique qui le peuvent de s’y inscrire en thèse et travailler en cotutelle ou en codirection. Et nous sommes heureux de vous informer que l’Université Kongo s’est encore enrichie d’un nouveau docteur en économie, en la personne du Chef de Travaux Flavien Makiese Ndoma, depuis le 30 juin 2017, consécutivement à sa thèse de doctorat défendue à Aix-Marseille en France.

S’agissant de la recherche, il y a lieu de noter que malgré la volonté de stimuler les centres de recherche existants en leur octroyant, pour leur fonctionnement, un montant symbolique et mensuel de 500$ sur base d’un rapport d’activités, la quasi-totalité de ces centres restent sans activités significatives. Ce qui est dommage !

Quant aux publications, tout en saluant la parution, aux Editions l’Harmatan, des actes du colloque de juin 2015 sur « Le patrimoine au service du développement du Kongo Central », nous regrettons que tous les efforts consentis pour les PUK n’aient jusqu’à ce jour rien produit.

Dans le domaine de la coopération, il y a lieu de signaler que l’Université Kongo réussit progressivement à instituer des liens qui se systématisent et s’intensifient avec différents partenaires extérieurs. La mise en place d’un « Bulletin de la coopération », qui en est présentement à son 3e numéro, et l’organisation des journées de réflexion sur la coopération du 10 au 12 juin derniers participent à notre volonté de renforcer ce secteur vital pour l’avenir et le rayonnement de notre Université.

En ce qui concerne le service à la communauté, outre la coopération universitaire, l’Université Kongo essaie de relier le milieu d’affaires turc et le milieu politique belge avec la Province du Kongo Central et avec les hommes d’affaires kongo.

C’est dans ce contexte que s’inscrivent la participation en octobre 2016 de quelques députés provinciaux du Kongo Central à une formation sur l’aménagement des villes et le développement durable en Belgique et la visite, en décembre 2016, de l’homme d’affaires turc, Monsieur Ibrahim Kuzu, auprès des autorités provinciales.

Tous ces efforts  dont nous venons de rendre compte traduisent notre volonté d’assurer la pérennité de l’Université Kongo et notre sens de service à la société. C’est dans ce même but que nous continuons à déployer des efforts importants pour gérer de façon responsable les ressources qui nous sont confiées et d’en créer d’autres.

C’est ainsi qu’après l’échec d’une première expérience tentée avec un champ expérimental à Kinteto, les efforts engagés dans la production agricoles se poursuivent avec 4 hectares de champ à Kiwonzo. Nous comptons étendre cet effort sur d’autres sites de l’Université.

Mesdames et Messieurs,

Distingués invités,

Comme vous pouvez le remarquer, l’Université Kongo s’est résolument engagée sur la voie de sa consolidation et de son développement. Voilà pourquoi nous terminons ce court bilan en exprimant à tous les membres de notre communauté universitaire, dans toutes les facultés et dans tous les services, notre plus sincère reconnaissance pour leur contribution au développement et au progrès de notre université. Nous vous convions aussi, toutes et tous, à rester mobilisés et créatifs devant l’urgence de trouver des solutions durables aux enjeux de financement de notre université.

Un grand merci également à nos partenaires et à nos donateurs, aux membres du Conseil d’administration et du Pouvoir organisateur pour leur confiance et leur appui. Toutefois, avant de clore ce mot, permettez-nous  de rappeler à votre attention que l’Université Kongo est une propriété des Bakongo. Il revient donc à la Communauté Kongo de pourvoir à ses besoins. Or voici 4 ans que nous sommes aux commandes de cette institution et bientôt nous allons devoir rendre le tablier, sans avoir bénéficié d’aucune contribution financière formelle ni du Pouvoir Organisateur, ni de l’Assemblée provinciale du Kongo Central, organes et lieux de cristallisation du Peuple Kongo. Mais il ne sera jamais trop tard pour nous tous de manifester notre détermination à construire et pérenniser la création la plus importante des Bakongo après l’ABAKO qui a impulsé l’indépendance de notre pays.

Nous vous remercions !

Mbanza-Ngungu, ce samedi 22 juillet 2017

     Le Recteur a.i. de l’Université Kongo

Professeur DIAMONEKA DIANKUKA Jérôme

          Secrétaire Général Académique