1. BREF HISTORIQUE

Prévue depuis plusieurs années auparavant dans la programmation des Facultés de l’Université Kongo, c’est lors de la session ordinaire du 2e semestre de l’année académique 2014-2015 que le Conseil d’Administration a décidé la création d’une Faculté d’architecture à l’Université Kongo, sous la dénomination de Faculté d’Architecture et des Beaux-arts.

Mais compte tenu du contexte académique en la matière et de l’opportunité d’accompagnement, dans la création de cette nouvelle Faculté, qu’offrait le partenariat que l’Université Kongo venait de nouer avec la Faculté d’architecture La Cambre Horta de l’Université Libre de Bruxelles, sur demande du Comité de Gestion, le Conseil d’Administration a, par sa Décision n° UK/CA/002/2017 du 09 avril 2017, adopté la dénomination de Faculté d’Architecture, d’Urbanisme et Aménagement du territoire.

Pour concrétiser cette décision, le Comité de Gestion a, en partenariat avec la Faculté d’architecture de l’ULB, initié des réflexions sur la faisabilité et la mise en œuvre de cette nouvelle Faculté. Une première réunion formelle a été organisée à Mbanza-Ngungu avec une délégation de l’Université Libre de Bruxelles le 05 juin 2016, pour en définir les axes du programme des cours.

Depuis cette date, plusieurs rencontres de travail se sont effectuées aussi bien à Mbanza-Ngungu qu’en Europe, notamment celles du 20 septembre 2016 où une délégation de l’ULB-UK s’est rendue à Grenoble (en France) auprès de CRATerre-ENSAG pour définir les bases d’une collaboration institutionnelle et le programme pédagogique de la nouvelle Faculté  

et celle du 30 mai 2017, à Mbanza-Ngungu, pour définir le programme des  cours de l’ensemble du cursus de formation adopté (Licence et Master).

Notons toutefois que si au départ l’enseignement mettra davantage l’accent sur le volet architecture, avec un fort dosage d’urbanisme et d’aménagement du territoire, il se spécifiera, avec le temps, en différentes orientations dans ces trois domaines.

2. OBJECTIF

Conformément à la vision des Pères fondateurs de l’Université Kongo et dans un contexte de décentralisation de la gestion politique de la République Démocratique du Congo, l’objectif de la Faculté d’architecture, d’urbanisme et aménagement du territoire au sein de l’Université Kongo est de former des architectes de proximité compétents, suivant une approche située.

3. PROFIL DE LA FORMATION

Cursus académique

Le cursus de formation universitaire défini ici s’inscrit dans la logique du processus de Bologne. Il s’articule en cinq années regroupées en deux cycles. Trois années de Licence et deux années de Master. Chaque année d’étude représente au moins 60 ECTS et l’ensemble du cursus universitaire 300 ECTS au moins. 1 ECTS équivaut à 12 heures de cours « ex cathedra ». Ainsi l’étudiant suit au moins 720 heures de cours par année et au moins 3600 heures de cours pour l’ensemble de son cursus universitaire. Les deux premières promotions de Licence déboucheront sur un Master en Architecture et aménagement du territoire situés organisé en partenariat avec l’ULB, l’ULg, l’ISAU, l’INBTP et la SAC. Ce master bénéficiera du financement de l’ARES durant 5 ans, à partir de janvier 2018.

 

Descriptif des axes de l’enseignement

Pour atteindre l’objectif éducationnel assigné à la Faculté d’architecture, l’enseignement va s’y articuler en sept axes : le projet, le stage, la technique et structure, les sciences, la représentation, l’histoire et théorie et le travail de fin de cycle.

Spécificité de la formation

La spécificité de la formation proposée par la Faculté d’architecture consiste principalement dans le souci de former des experts en architecture, urbanisme et aménagement du territoire physiquement, socialement, culturellement et financièrement accessibles, conformément aux objectifs généraux de l’Université Kongo. Ce profil entend répondre au trois principaux besoins que pose le Kongo Central, en particulier, et la République Démocratique du Congo, en général, en la matière, dans un contexte de régionalisme constitutionnel et de décentralisation :

  • Accompagnement de la population, même la plus démunie, dans ses efforts d’auto construction ;
  • Appui de l’administration publique comme agent et expert de l’Etat dans la province et les entités territoriales décentralisées du Kongo Central et d’autres provinces ;
  • Production de nouvelles connaissances et/ou de nouvelles applications et dans renforcement des capacités des communautés locales et des professionnels en la matière.

4. FRAIS ACADEMIQUES

Les frais académiques sont les mêmes que ceux exigés pour les autres Facultés de l’Université Kongo à caractère technique (Agronomie et Polytechnique). Ils peuvent même être payés en nature par les étudiants en provenance des milieux ruraux du Kongo Central.

5. CONDITIONS D’ADMISSION

L’Université Kongo admet tout candidat congolais ou étranger qui remplit les conditions intellectuelles et morales exigées. Pour être admis en L1 (G1) de l’année académique 2017-2018, le candidat doit être doué en mathématiques et physique et, soit être porteur d’un diplôme d’Etat ou l’équivalent et réussir au test de maturité ; soit avoir déjà réussi au moins une année d’étude universitaire.

A partir de l’année académique 2018-2019, l’admission en L1 sera conditionnée par la réussite préalable d’une préparatoire de renforcement des capacités en mathématiques et physique, essentiellement.

6. DU CORPS ENSEIGNANT

Comme pour les autres Facultés, le corps enseignant se constitue des enseignants propres à l’UK et locaux (ISP/Mbanza-Ngungu), des enseignants en formation dans le cadre de l’Ecole doctorale du projet ARES 1 à l’ISAU, des enseignants à temps partiel et visiteurs des institutions partenaires nationales et étrangères (ISAU INBTP, UNIKIN, ULB, ULG, CRATerre etc.)

7. DEBOUCHES PROFESSIONNELS

La spécificité de la formation proposée par la Faculté d’architecture, d’urbanisme et aménagement du territoire de l’Université Kongo  offre à son produit trois filières de débouchés professionnels :

Bureaux d’étude de proximité pouvant accompagner la population, même démunie, les entités locales, et les autres demandeurs habituels, dans leurs efforts d’aménagement du territoire, de construction et/ou d’auto construction ;

Administration publique nationale, provinciale et locale, comme agent et expert ;

Carrière académique et scientifique, comme enseignant et/ou chercheur  engagé dans la production de nouvelles connaissances et/ou de nouvelles applications et dans le renforcement des capacités des communautés locales et des professionnels en la matière.

Entreprises de construction.