le 3 P1120658

Vision des autorités de l’Université Kongo

La vision de l’actuel Comité de Gestion est celle des Pères fondateurs, à savoir : faire de l’Université Kongo un instrument de consolidation de l’unité du Peuple Kongo et de son développement.

Cette Université a été voulue par ses fondateurs comme un bien commun de la Communauté kongo pour garantir son être et le développement du pays kongo. Ainsi face aux nombreux problèmes que suscite la situation académique, financière et matérielle difficile où se trouve présentement l’Université Kongo, le Comité de Gestion pense que la solution pour s’en sortir n’est ni d’étatiser l’Université Kongo ni d’en faire la propriété de quelques Kongo nantis, comme d’aucuns le souhaitent, mais que la quête des solutions à ces problèmes doit demeurer fidèle à la vision des Pères fondateurs. L’Université Kongo doit être et doit demeurer un bien commun des fils et filles Kongo.

La fidélité à cette vision impose dès lors de répondre adéquatement à ces problèmes majeurs. Pour ce faire, il a choisi de déployer son action en cinq axes :

1° L’assainissement administratif et financier de l’Université

L’objectif ici est l’augmentation durable des ressources financières de l’Université Kongo, en s’appuyant sur quatre piliers :

– L’augmentation des finances de l’Université par la définition d’une nouvelle politique de détermination des besoins et de leur financement, la diversification des sources de financement et la création des activités d’autofinancement.

– La gestion optimale des finances par une meilleure affectation des ressources financières, le respect du règlement financier et des pratiques saines de l’exécution budgétaire, la modernisation des outils de gestion financière, budgétaire et comptable.

– Le renforcement des capacités du personnel administratif et financier par la formation, la définition du job description et l’instauration des réunions hebdomadaires entre personnel et la hiérarchie.

– La restructuration de la gestion administrative par la réorganisation de la gestion administrative et par la séparation des fonctions administratives de fonctions financières.

2° La construction des édifices de l’Université

IMG_1474 IMG_1473
IMG_1472 IMG_1471

L’Université Kongo ne dispose pas d’assez de bâtiments pour son fonctionnement. Les auditoires sont insuffisants, les décanats et les centres de recherches manquent de locaux…

Pour éradiquer la crise des bâtiments à l’Université Kongo, l’action à mener s’appuiera sur quatre piliers :

– La redéfinition des rapports avec les donateurs des bâtiments par la négociation du prolongement des contrats de jouissance, la proposition des associations momentanées à but lucratif, des propositions permettant d’améliorer les conditions socio-économiques des donateurs de l’Université Kongo.

– La restauration de la confiance au sein de la communauté, en tenant l’Université en dehors des rivalités politiques et religieuses entre les Kongo, en reconnaissant les efforts et les sacrifices consentis en faveur de l’Université et en renforçant le rôle des groupes d’intérêts autres que celui des professeurs.

– Le développement du patrimoine immobilier de l’Université Kongo par la mise sur pied d’une politique élaborée d’acquisition et de construction des édifices universitaires, l’appropriation des dons, la réfection des bâtiments existant suivant les normes universitaires et la construction de nouveaux bâtiments de l’Université.

– Le financement des activités de construction de l’Université par l’augmentation des ressources financières destinées à la construction, l’instauration d’une gestion orthodoxe des fonds de construction, la diversification des sources de financement de la construction des bâtiments.

3° La formation des formateurs

L’Université Kongo dépend largement des enseignants et des chercheurs visiteurs. Cette situation génère un coût élevé des dépenses des enseignements, coût aussi bien financier (restauration, transport, logement et honoraires des enseignants) que non financier (élasticité des années académiques, évaluation peu efficace des enseignants, effritement de la notoriété…).

L’objectif, en cette matière, est la réduction progressive de la dépendance de l’Université Kongo des enseignants et chercheurs visiteurs. Cette action s’appuiera sur quatre piliers :

– L’atteinte d’un nombre optimum d’enseignants propres à l’Université, la définition d’une politique d’engagement d’enseignants et chercheurs extérieurs, l’augmentation des moyens financiers alloués à l’engagement des enseignants.

– La réorganisation de la formation des formateurs, notamment par la rationalisation de la prise en charge des formateurs en formation et en mettant fin à la discrimination dans la prise en charge de la formation des formateurs.

– La solution du problème de la carrière des enseignants à l’Université Kongo par la garantie de la carrière des enseignants et chercheurs engagés et l’élaboration d’un plan de carrière à l’Université Kongo.

– L’organisation d’une veille institutionnelle de l’information par la création d’un système de gestion de l’information et en assurant le suivi des décisions prises.

4° La recherche

L’Université Kongo n’est pas une université de recherche. L’activité universitaire se cristallise dans l’enseignement. L’objectif en matière de recherche est de faire de l’UK une Université de recherche comme toute une université digne de ce nom. Les actions à mener ici reposera sur trois piliers :

– L’organisation et la systématisation de la recherche par la réorientation de la recherche vers la résolution des problèmes du milieu, la définition et le respect des termes de contrat mutuellement avantageux entre les chercheurs et l’UK, la clarification des règles de jeu entre chercheurs et l’UK.

– La modernisation de la recherche par la dotation de l’UK en outils de recherche suffisants, l’organisation des équipes de recherche, la création des chaires et l’organisation du fonctionnement des centres de recherche, l’installation des TIC et l’actualisation de la bibliothèque et des structures de recherche, le marketing et la diffusion des publications de l’Université.

– Le financement de la recherche par l’exécution effective et régulière du budget alloué à la recherche, l’augmentation des moyens financiers pour la recherche.

5° La modernisation de l’enseignement

Le système d’enseignement à l’Université Kongo est peu compétitif. L’objectif poursuivi ici est de rendre ce système d’enseignement plus compétitif en s’appuyant sur quatre piliers :

– L’amélioration des pratiques d’enseignement par la modernisation des méthodes et outils d’enseignement, la contextualisation et l’actualisation des programmes et des cours, la disponibilisation des moyens financiers prévus pour les investissements.

– L’investissement dans l’innovation par le développement des enseignements innovants, le développement d’une politique d’incitation au changement et à l’esprit d’ouverture, le recours à une approche réfléchie et concertée de résolution des problèmes.

– La rentabilisation des stages par le suivi des stages des étudiants, l’affectation optimale des stagiaires dans les structures d’accueil, l’augmentation des encadreurs et des structures d’accueil des stagiaires, l’amélioration des rapports entre l’UK et les structures de stage, la création d’un service de stage.

– La rationalisation des systèmes d’évaluation et de recrutement des enseignants et des étudiants par la mise sur pied d’un système objectif et rigoureux d’inscription et d’évaluation des étudiants, l’application effective des sanctions prévues contre toute forme de tricherie (vente de TP et interro, droit d’auteur,…), l’encadrement et l’évaluation des assistants, la réinstauration d’un système d’évaluation des enseignants, par les étudiants et l’administration académique, l’application effective des règles académiques dans le recrutement et la gestion des enseignants.